Michael Custers
Michael CustersChief Marketing & Strategy Officer
As a strategist & marketer, I help orchestrate go-to-markets, aligning market trends, client demand, solution portfolios and revenue targets.
blockchain development

Tendance FinTech #2 : Vous reconnaissez l’importance d’une identité numérique

La technologie ne sert pas uniquement à aider votre entreprise. Elle contribue à son avenir et à sa croissance.

Cette situation se constate dans tous les secteurs du marché belge, comme les télécommunications, la vente au détail et l’agriculture. Dans le secteur financier, les progrès technologiques font également bouger les choses. Des solutions FinTech innovantes offrent des opportunités aux entreprises et aux organisations. Dans les prochaines années, ces solutions auront un impact de taille sur la manière dont nous envisageons l’argent.

En octobre 2018, nous avons lancé une étude de marché pour mieux comprendre les principales tendances FinTech en Belgique. Découvrez les résultats de cette étude dans une série de 3 articles sur notre blog.

L’étude révèle que 95 % des répondants souhaitent que leur partenaire FinTech agisse de manière proactive et innovante. En ce qui concerne l’innovation, avec 82 %, c’est Know Your Customer (KYC) qui arrive en tête en tant que concept le plus intéressant pour l’avenir. KYC fait référence au processus de validation de l’identité d’un nouveau client : le client est-il bien celui qu’il prétend être ? Et, dans le cas d’une entreprise, qui en sont les représentants légaux ? Ce processus est encore souvent effectué manuellement et prend beaucoup de temps. Une numérisation intelligente et l’utilisation des nouvelles technologies disponibles sur le marché belge permettent cependant de le simplifier.

Isabel Group travaille depuis un certain temps sur un projet de numérisation de KYC. Nous avons repéré cette tendance fin 2017 et l’avons immédiatement liée à une nouvelle technologie : la blockchain. La blockchain est un réseau qui code et stocke des données en blocs. Ces données sont ensuite partagées avec toutes les personnes qui ont accès au réseau. Elles ne sont donc pas stockées à un seul endroit, mais sauvegardées sur plusieurs ordinateurs. Cette décentralisation des données permet donc à la chaîne de blocs d’être sécurisée de par sa conception (« secure by design », en anglais).

Cela signifie que :

  • Les données ne sont pas exclusivement contrôlées par une seule entité.
  • Il n’y a pas de point unique de défaillance.

La blockchain peut donc servir à « notariser » le processus KYC, afin d’établir qui a été identifié à quel moment. Elle sert en quelque sorte de timbre notarial numérique.

Le projet KYC est mené par le département innovation d’Isabel Group, sous la direction de Frank Verhaest. Frank : « En collaboration avec quatre banques belges, nous étudions la simplification du processus de validation de l’identité de nouveaux clients professionnels auprès des banques, comme les PME. La blockchain devrait rendre le processus plus simple, plus efficace et plus rapide. Ce projet est actuellement dans une phase pilote et nous pensons pouvoir le lancer en 2019. »

Téléchargez gratuitement le rapport complet « La FinTech à la loupe »