Alex Dossche

  • Partager

Impact du Brexit sur la livre sterling

Les négociations sur Brexit en sont à un stade critique. La pression exercée sur le Premier ministre britannique Boris Johnson pour parvenir à un accord commercial avec l’Union européenne ne cesse d’augmenter. Bien entendu, le résultat aura un impact majeur sur toute personne faisant des affaires en livres sterling. Isabel Group et iBanFirst identifient à la fois les pièges et les opportunités.

Nous voici dans la dernière ligne droite d’une année riche en événements. La crise du coronavirus et les élections présidentielles américaines ont quelque peu éclipsé les négociations sur le Brexit. Mais il ne faut pas en sous-estimer pour autant les conséquences pour les entreprises. En tant que facilitateur des paiements internationaux en devises, le partenaire d’Isabel, iBanFirst, suit de près les derniers développements. Ivo Mertens, stratège en matière de change chez iBanFirst, a abordé l’impact du Brexit sur la livre sterling lors d’un webinaire organisé par Isabel.

 

L’effet Brexit en 2016

Pour comprendre les fluctuations actuelles du taux de change de la livre sterling, retournons brièvement sur la chronologie du Brexit. En juin 2016, le référendum a provoqué un tremblement de terre dans la politique britannique. Le résultat était inattendu et non prévu par les sondages. Le taux de change de la livre sterling, qui s’était renforcé par rapport à l’euro au cours des mois précédents, en est la preuve. Mais au cours des mois qui ont suivi le référendum, la livre n’a cessé de dégringoler. La monnaie britannique s’est dépréciée de plus de dix pour cent par rapport à l’euro.

 

Flash crash

Depuis, le taux de change de la livre fluctue constamment, mais jamais de façon structurelle dans l’une ou l’autre direction. La meilleure preuve en est qu’il se situe aujourd’hui à peu près au même niveau par rapport à l’euro qu’au début du mois de novembre 2016. L’une des plus fortes fluctuations a eu lieu en octobre 2016, lorsque la livre a perdu 7,8 % de sa valeur durant un “flash crash”. Cette baisse supplémentaire s’explique notamment par les réactions impulsives de traders inexpérimentés, qui ont donné lieu à un nombre excessif d’ordres de vente. Pour Ivo Mertens, la forte contraction des prix qui a suivi illustre la grande nervosité et la liquidité limitée du marché des taux de change.

 

La saga continue

Le 29 mars 2017, le Royaume-Uni informe officiellement  les pays de l’UE de son intention de quitter l’UE. L’article 50 active les négociations de retrait. Le 13 novembre 2018, le Royaume-Uni et l’UE signent un accord provisoire sur les conditions du Brexit. Lorsque les tentatives visant à obtenir un soutien plus large du parlement et de la population échouent douloureusement, la Première ministre britannique Theresa May jette l’éponge.

« Les entreprises du Royaume-Uni vont revenir à leur propre monnaie encore plus qu’auparavant. Les entreprises belges qui facturent ou paient en livres sterling seront donc dans une position privilégiée. Ajoutez à cela un partenariat avec iBanFirst et Isabel, et les flux en GBP seront aussi simples que les paiements en EUR. Ils bénéficieront des meilleurs taux de change »

Ivo Mertens senior FX advisor chez iBanFirst
Ivo Mertens IbanFirst

Incertitude non appréciée

Entretemps, il n’y a toujours pas date de sortie effective ni d’accord, un scénario que les marchés n’apprécient pas du tout. Quel que soit le résultat, le monde économique attend avant tout de la clarté. Le résultat ne se fait pas attendre. À l’automne 2019, la livre sterling s’effondre à nouveau. Le 12 décembre 2019, le Premier ministre britannique Boris Johnson remporte une nouvelle fois les élections. Une semaine plus tard, la Chambre des communes approuve le withdrawal agreement qui doit permettre au Royaume-Uni de quitter l’Union européenne le 31 janvier 2020. Une période transitoire s’étend jusqu’au 31 décembre 2020.

 

Points chauds

Aujourd’hui, les négociations sont dans une phase finale cruciale, mais nul ne peut encore dire si l’on aura un Brexit ‘dur’ ou ‘mou’. Les points importants à l’ordre du jour restent la possibilité pour les pêcheurs de l’UE de pêcher dans les eaux britanniques, la définition de conditions de concurrence équitables en matière de licences et de monopoles et les accords avec l’Irlande et l’Irlande du Nord.

 

La nervosité l’emporte

Pour Ivo Mertens,  il y a de fortes chances que les taux de change fluctuent largement dans un proche avenir. Le marché s’attend à ce que la volatilité de la livre dépasse celle du dollar de trente pour cent. Lorsque les acteurs du marché veulent acheter massivement de la livre, alors que personne n’en propose, les cours fluctuent fortement par manque de liquidité. La nervosité du marché reste donc une constante.

 

Couverture des taux de change

Quel que soit le type d’accord, le Brexit affectera les transactions financières avec le Royaume-Uni. Les paiements à destination et en provenance du Royaume-Uni seront évidemment toujours possibles. Y compris via un compte en livre ouvert auprès d’une institution financière belge. Mais les établissements financiers qui n’ont pas les licences requises ne pourront plus offrir leurs services au Royaume-Uni et inversement.

 

Opportunités

Ce qui est certain, c’est que dans le cas d’un Brexit dur, certaines entreprises réduiront leurs échanges avec le Royaume-Uni en raison d’une complexité excessive. Ivo Mertens s’attend également à ce que des partenaires commerciaux au Royaume-Uni soient moins enclins à payer en euros et préfèrent les transactions en livres sterling. Dans ce cas, le désavantage se transformera en avantage pour celui qui choisira un bon partenaire pour couvrir les futurs taux de change. Le Brexit offre donc aussi certaines opportunités.

 

Intégration d’iBanFirst dans Isabel 6

Ivo Mertens souligne la valeur ajoutée d’iBanFirst dans le contexte actuel. Une entreprise peut utiliser cette plateforme pour payer ou recevoir de l’argent gratuitement depuis le Royaume-Uni et le convertir en euro à des conditions intéressantes. iBanFirst propose aussi divers instruments pour couvrir vos transactions à des conditions favorables contre les fluctuations futures. Isabel 6 offre une intégration avec iBanFirst, ce qui permet aux utilisateurs d’accéder en temps réel aux taux de change lorsqu’ils effectuent un paiement dans une devise étrangère.

Isabel 6 vous offre un aperçu centralisé et clair de vos comptes auprès de nombreuses banques.  Vous souhaitez en savoir plus quant à l’utilité de cette plateforme sur les marchés internationaux des devises grâce à l’intégration avec iBanFirst ? Plus d’infos : https://info.ibanfirst.com/fr-ajouter-ibanfirst-a-isabel6

  • Partager

Articles similaires

Blogs

Tendance FinTech #2 : reconnaissez l’importance d’une identité numérique

La technologie ne sert pas uniquement à aider votre entreprise. Elle contribue à son avenir et à sa croissance. Cette situation se constate ...

Blogs

Comme la blockchain simplifie-t-elle le KYC pour les banques ?

A première vue, l’ouverture d’un compte bancaire est une opération simple et directe. Mais en réalité, elle implique une procédure ...

Blogs

Tendance FinTech #3 : PSD2, l’avenir des adeptes du « multi-banking »

En octobre 2018, Isabel Group a lancé une étude de marché pour mieux comprendre les besoins du marché belge en matière ...