Rik Coeckelbergs

  • Partager
  • facebook
  • twitter
  • linkedin

“Nous devons prendre plus au sérieux la banque intégrée pour les entreprises”

La DSP2 (directive sur les services de paiement 2) est un règlement européen qui a vu le jour pour promouvoir l’innovation et accroître la concurrence tout en renforçant la confiance dans les paiements grâce à de nouvelles mesures de sécurité et de lutte contre la fraude. La DSP2 ouvrirait le marché à de nouvelles entreprises FinTech innovantes ayant des idées brillantes pour remodeler la manière dont les personnes et les organisations effectuent leurs opérations bancaires.

Les RTS (Regulatory Technical Standards) font partie de la DSP2. Les RTS définissent les règles selon lesquelles les prestataires de services de paiement doivent adhérer à la DSP2 pour initier des paiements ou accéder aux informations des comptes bancaires de leurs clients.

Deux ans et demi après l’entrée en vigueur des normes techniques réglementaires de la DSP2, l’évaluation n’est pas favorable aux clients des banques commerciales. La banque basée sur l’API, ou Open Banking, s’est principalement concentrée sur la banque de détail, laissant de côté les PME et les entreprises. Beaucoup diront que l’Open Banking n’est pas un succès, même dans la banque de détail.

Ce qui semblait être le “Saint Graal” pour les FinTech s’est traduit par une occasion manquée en raison du trop grand nombre d’APIs non normalisées.

En 2021, Marc Lainez, vice-président API Marketplace d’Isabel Group, a déclaré durant une table ronde virtuelle The Banking Scene : “La masse critique en termes de ce qui est disponible dans les banques, est un vrai problème aujourd’hui. Même si une ou deux banques sont les meilleures pour offrir une fonctionnalité spécifique, une FinTech ne peut pas l’utiliser avec ses clients parce que, si ces fonctionnalités ne sont pas prises en charge par toutes les banques, elles ont très peu de valeur.”

Bien entendu, cela n’est pas seulement vrai pour une FinTech qui développe un service ou un produit dl’Open Banking, mais aussi pour les entreprises qui souhaitent rationaliser leurs processus financiers internes grâce à l’utilisation d’API bancaires.

Cette situation est regrettable. Pour les entreprises en particulier, la véritable fidélité aux banques réside dans la transparence des services bancaires. Les banques peuvent vraiment faire la différence aux yeux de leurs entreprises clientes en rendant leurs services transparents, intégrés de manière transparente dans les solutions de back-office, les logiciels de comptabilité ou les systèmes ERP choisis par leurs clients.

C’est précisément l’objet de la banque intégrée (embedded banking). Selon une définition assez courante, la banque intégrée désigne “le processus d’intégration de services financiers dans la plate-forme et les applications d’un tiers, par le biais d’API”. Il s’agit d’un terme générique qui englobe de nombreux services financiers différents.”

Mais soyons honnêtes : quelle moyenne ou grande entreprise qui se respecte n’a pas de comptes bancaires dans plusieurs banques ? Alors, bien sûr, la banque intégrée pour les entreprises signifie aussi l’intégration des banques de la manière la plus simple possible dans un contexte multibanque.

Dans le monde idéal de la banque intégrée pour les entreprises, le département financier dispose de tous les outils, de toutes les informations sur les comptes et de tous les services financiers, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, dans l’interface utilisateur de son choix, pour chaque relation bancaire.

Malheureusement, il existe encore un écart important entre les possibilités de l’open banking et de la banque intégrée, d’une part, et l’utilisation et la sensibilisation, d’autre part.

Imaginez que des services bancaires soient intégrés pour automatiser le processus de la commande à l’encaissement, à l’instar d’un grand concessionnaire automobile aux Pays-Bas qui utilise des API bancaires pour automatiser les processus de bout en bout pour ses clients. Non seulement le client de ce concessionnaire automobile bénéficie d’une expérience de paiement plus fluide, mais cette automatisation permet d’enrichir le paiement avec plus de détails afin d’améliorer la gestion future de la trésorerie, la réconciliation et le suivi du client.                            

Un autre excellent exemple est celui d’un fournisseur d’énergie qui souhaitait saisir les opportunités de Request-to-Pay pour envoyer des demandes de paiement électronique. En ajoutant une API permettant à l’entreprise de demander les informations bancaires du client au cours du processus, le fournisseur d’énergie peut détecter le meilleur moment pour envoyer une demande de paiement. Il réduit ainsi le risque d’un défaut de paiement et les frais supplémentaires qui y sont associés.

Ce ne sont là que deux exemples d’entreprises qui tirent parti des avantages de la banque intégrée pour améliorer leurs services. Malheureusement, cela ne marche que si les banques coopèrent et adhèrent parfaitement aux RTS définies dans le cadre de la DSP2, ce qui signifie que les clients de toute banque qui ne fournit pas ces API ne sont pas servis comme il se doit.

Le fait de disposer d’une plateforme transparente avec des points d’accès à chaque banque et une connexion aux entreprises ouvre la voie à des possibilités d’innovation infinies. Celles-ci peuvent aller de la réconciliation automatique en temps réel à une meilleure exploitation des données entre les différentes banques, en passant par l’amélioration de la gestion de la trésorerie, la rationalisation et l’automatisation des processus financiers et la recherche de nouvelles solutions de paiement à moindre coût.

En particulier pour les entreprises qui travaillent dans un environnement international, l’accès en temps réel aux données bancaires fait une énorme différence ; elle permet de meilleures prévisions et réduit l’exposition aux risques de change et de liquidités.

Isabel Connect est un exemple rare qui répond à cette problématique. Isabel Connect, intégré à l’outil multibanque Isabel 6 d’Isabel Group, aide une entreprise à relier des comptes bancaires de différentes banques à son système ERP pour obtenir des informations sur les comptes et initier des paiements.

A cet égard, la banque intégrée est une étape supplémentaire pour faire du département financier un partenaire commercial qui peut se concentrer sur le conseil plutôt que sur l’administration. Un partenaire commercial qui peut générer de l’argent pour l’entreprise au lieu de rapporter les dépenses de fonctionnement.

J’espère que vous comprenez mieux maintenant pourquoi nous devrions prendre les services bancaires intégrés pour les entreprises plus au sérieux, car ils offrent tout le potentiel requis pour changer complètement la façon dont nous pensons à la banque, et cela pour le mieux.

 

‘Embedded banking’ par Rik Coeckelbergs (founder and managing director The Banking Scene)

  • Partager
  • facebook
  • twitter
  • linkedin

Articles similaires

Blogs

L’ambition de DigiCrowd pour la facturation électronique en Belgique

Aujourd’hui, à peine 50 % des entreprises envoient leurs factures par e-mail et en PDF. Seulement 12 % bénéficient d’un flux de facturation ...

Blogs

3 raisons de digitaliser votre recouvrement

La crise Covid-19 a fait exploser les retards de paiement, et les PME sont les plus touchées.

Blogs

Les 5 principaux éléments à prendre en compte avant de se lancer dans l'Open Banking

Se lancer dans l'Open Banking : vous souhaitez ajouter des fonctionnalités Open Banking à votre logiciel ? Nous listons ...